top of page

ACTUALITE

Saison 2023-2024

"Dans le rétro" avec Fanch Le Bris


Dans le rétro


L’UST c’est le présent, c’est le futur, mais c’est aussi le passé.

Un passé riche de moments de sport, de moments de vie, grâce à des joueurs passionnés, des dirigeants et bénévoles dévoués.

Dans cette rubrique "Dans le Rétro", nous allons chaque mois vous présenter pour certains, vous rappeler pour d’autres, ceux qui ont fait l’UST.

Pour ce sixième épisode, c’est Fanch Le Bris, fidèle parmi les fidèles de l’UST, visage important de La Pinède, garant des valeurs du club, qui a accepté de répondre à nos questions.


Fanch à la table de marque du tournoi Stéphane Guivarc'h


Bonjour Fanch, peux-tu te présenter ?

Bonjour à toutétous, je m’appelle donc François LE BRIS, plus connu évidemment en tant que Fanch, mais appelé aussi par certains du club Ravanelli, et même Jean-Fanch par quelques anciens. Je suis né à Lutèce (75) en 1963, j’ai « grandi » à Rochefort-sur-mer (17), Les Pavillons-sous-Bois (93), Trappes (78, avant Omar Sy, Jamel Debbouze et consorts…), à Ferrières-en-Bray (76), avant de suivre mes parents pour un retour sur les terres du paternel à Trégunc en 1981. Je travaille toujours (réforme des retraites oblige), et pense finir ma carrière chez Eviosys à Concarneau (Carnaud-BMA autrefois) en tant que technicien de maintenance. Je suis en concubinage depuis 34 ans avec Coco et nous sommes parents de 3 « grands » garçons, dont des jumeaux.


Fanch 1er en bas à gauche


Quel est ou a été ton parcours au sein du club ?

J’ai signé ma première licence à l’UST pendant l’été 1981 au vieux siège qui se trouvait à l’ancienne mairie rue de Pont Aven, un peu plus bas que chez Jean-Paul Hémon (Bar du Stade à l’époque, le Planet Breizh aujourd’hui). Ernest Pelleter était le secrétaire, et m’avait fait une foire « tout à 50 francs » (7€60), à savoir, le survêtement, la licence, les godasses (des vissées « Noël » qui m’ont fait 4 saisons, matchs et entrainements compris !). J’étais donc joueur sénior, j’ai commencé en C avec des joueurs comme JP Le Corre, Bernard Frêne mais aussi Bernard Turmel fidèle dirigeant de cette équipe, qui s’autogérait finalement le dimanche, vraiment une équipe dans laquelle tu ne pouvais qu’avoir du plaisir à en faire partie. Les résultats suivaient ou pas ! Puis à la demande de Raymond Le Gac, président durant de longues années, j’ai pris en charge 2 ans plus tard l’équipe des poussins (Cisco Borallo, Yann Le Roux, Milou, Yoann Guyon, Vincent et Benoit Jaffrezic (cousins), Yohan Monfort, Denis et Alain Tanguy, Johan et Cédric Manchec, Christophe Louédec, Jean Marc Philippon, une belle bande de copains et des parents concernés, de supers moments partagés lors des tournois de fin de saison, qui n’avaient rien à voir avec ceux d’aujourd’hui). J’ai également été secrétaire du club dans les années 90 ! Joueur « B » principalement, j’ai eu la chance d’évoluer avec la 1ère en PH (R3) pendant 2 saisons avant d’avoir un accident de la route qui m’a imposé un corset pendant 4 mois et un arrêt sportif et professionnel. Avec Gilou Le Bec nous avons encadré la B une saison, Didier Jaffrès étant coach de la A à ce moment-là.

Avec Phil Le Lann, nous avons créé une équipe de foot loisir, qui jouait les vendredis soir, tout en continuant de jouer le dimanche en séniors, ce qui n’était pas du goût des coachs ! Que de beaux partages sur et en dehors du terrain, de bons vivants dans le groupe, Pierre-Yves et Pascal Ollivier, Jean Cotonnec, P.Y Sellin, André « Dédé » Le Thoer, Bernard Frène, Raoul Flécher, Marco Henaff, Franck Deray, Philippe Péron, Philippe Le Lann, Bernard Guiffant et j’en passe. Le PPVR chez Pierrot Mariel n’était pas triste !

Pour terminer ma carrière, à 46 ans, nous avions monté une équipe « D » avec tous les anciens du club : Thierry Lannuzel, Gilles Le Bec, Max Lannurien, Christophe Hays, Jean-François Canevet, Patrick Chevert… je dois en oublier) et d’autres qui voulaient jouer au football pour le plaisir. Un marron a eu raison de ma résistance physique à Moëlan et m’a contraint à arrêter cette si belle carrière, entorse de la cheville et 6 semaines d’arrêt, la goutte quoi…

Ma carrière de joueur terminée, je suis passé adjoint dans les équipes réserves, avec mes potos de toujours Le Lann et Rivière (Le Chat), et la Miche pour la C, puis avec Yann Le Gléau, Damien Jégou, Stéphane Millour pour la B.

Ensuite est arrivée la période « semi-pro » dans laquelle je n’avais plus ma place, je me suis retiré sans bruit. Petite anecdote tout de même, après un peu plus de 35 ans de BENEVOLAT on a réussi à me faire payer mon entrée à la pinède, du fait que je ne faisais plus rien au club !

Il y a 3 ans lorsqu’il a pris la présidence, Jacques Naour est venu me solliciter. Je l’en remercie encore ici et ai accepté bien évidemment de revenir, et depuis ce temps, je tiens avec mes vieux comparses le samedi matin, la buvette à développement durable, pour fournir après l’effort, à toutes nos jeunes pousses, un jus d’orange pressé et un café, un thé ou un chocolat chaud, aux courageux parents qui restent assister aux séances d’entrainement ou aux matchs.

Et bien évidemment, tous les jours de matchs séniors à la pinède, vous avez le privilège de me voir ou de m’entendre peut-être, derrière le but de droite, entouré de toute une joyeuse bande de supporters et supportrices. Un super moment de partage encore !


Fanch entouré de Philippe Le Lann et Georges Gouzien

Quels sont tes meilleurs moments vécus au club ?

Sur le plan sportif et de la compétition, je n’avais pas le niveau et plus l’âge permettant de pouvoir participer à l’épopée « Coupe de France » dans les années 2008, 2009, mais quel plaisir d’y assister ! Il y a également mes années de coaching auprès des jeunes qui sont d’excellents souvenirs, les montées successives de l’équipe première et réserve. Mais aussi le jubilé de Jérôme Molinier en 2009, et le trentenaire du club en 2001 qui était une belle fête ! Que dire de toutes ces manifestations : soirée catch, fête de la bière, tournoi SG qui réunissent le club tout en lui permettant également de faire des recettes pour les frais de fonctionnement, que du bonheur !

Pour moi, les plus beaux moments, sont les rassemblements que le club a pu organiser pour créer une ambiance club, que ce soit en début de saison, pendant ou à la fin. L’UST doit rester ce club qui donne envie aux jeunes de venir, de rester, aux bénévoles de toujours s’investir avec leurs moyens, aux joueurs de le représenter avec fierté partout où ils jouent. Le ballon est l’objet qui occasionne tous ces moments de partage et qui permet à chacun et chacune de s’amuser !


Fanch en bas à droite (Equipe C milieu années 80)

Quel membre ancien ou actuel du club te vient à l’esprit quand tu penses à l’UST ?

Sans hésitation Daniel Rivière alias « LE CHAT », celui qui justement m’a fait comprendre que tout seul dans un sport collectif tu te plantes et que c’est tellement mieux de s’entraider chacun son tour. C’est plus facile !

Le slogan de l’UST c’est l’union notre force, Le Chat aurait aimé…

C’est lui aussi qui m’a permis de connaître un gars de Langolen qui est pas mal non plus, et avec qui j’ai plaisir à continuer l’aventure UST : Philippe Le Lann. J’aurai tellement de personnes à citer, et j’aurai peur d’en froisser. Qu’ils m’excusent de ne pas les citer. Ils savent ceux et celles que je reconnais et associe à ce beau club.

L’UST c’est quelque chose pour moi, tous les gens que j’y ai côtoyé ou que je côtoie encore, me rappelle que ce club ne perdure pas par hasard, et qu’ils lui permettent d’exister dans un esprit familial, tout ce qu’on demande à une association finalement.


Fanch rang du bas , 4ème en partant de la gauche

Merci Fanch de nous avoir répondu, et de faire resurgir des souvenirs à bon nombre d'entre-nous !

On se retrouve bientôt pour découvrir notre prochain personnage "Dans Le Rétro"


Philippe Le Lann avec Fanch dans la buvette du samedi matin


622 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page